Dis-moi qui tu suis sur Twitter, et je te dirai qui tu es 

Daniel Gayo-Avello n’a rien d’un profileur. Chercheur en informatique à l’université espagnole d’Oviedo, ce trentenaire a pourtant mis au point un algorithme qui réussit à dresser à grands traits le profil d’un individu (sexe, âge, appartenance religieuse, ethnique, orientation sexuelle…) sur la simple base des personnes qu’il suit sur le site de microblogging Twitter.
Cette expérience montre que, quelle que soit la prudence de quelqu’un sur le réseau en matière de données privées, si on connaît des informations personnelles sur ses « voisins » (en l’occurrence les personnes qu’il suit), on connaîtra forcément des informations personnelles sur lui’, résume le chercheur. Une pierre de plus à l’édifice de ceux qui pensent que, même sans s’épancher sur la Toile, nos seuls agissements en ligne, s’ils sont étudiés précisément, suffisent à connaître intimement notre personnalité.

Pour arriver à ce résultat, le chercheur espagnol a étudié près de 28 millions de tweets anglophones publiés entre janvier et août 2009 par près de 5 millions d’utilisateurs. Sa ‘matière première’ était donc, pour chaque individu, sa minibiographie laissée sur le site Twitter et la liste des personnes qu’il suivait et qui le suivaient. Il a ainsi découvert que les renseignements récoltés en ligne sur les personnes dont un individu était ‘fan’, dont il était un ‘follower’, permettaient statistiquement de le caractériser assez justement.

Laure Belot

Lire l’intégralité de cet article dans la zone Abonnés du Monde.fr et dans Le Monde daté 16-17 janvier, disponible dans les kiosques ce samedi 15 janvier à partir de 14 heures.
Retrouvez cet article sur Le Monde.fr Source News.Yahoo

Cette entrée a été publiée dans Blogging, Infos du web, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.

Retour à l'acceuil